SOPK naturopathie Aix-en-Provence Marseille

LE SOPK EN NATUROPATHIE

1ère cause d’infertilité féminine, déclarée « maladie hormonale la plus fréquente chez les femmes en âge de procréer »*, le SOPK ou syndrome des ovaires polykystiques touche aujourd’hui 1 femme sur 10. 

Qu'est-ce que le SOPK ?

Le syndrome des ovaires polykystiques est un dérèglement du système hormonal féminin dans lequel la production d’hormones androgènes ou hormones mâles (testostérone) s’effectue de manière excessive comparativement aux taux d’œstrogènes et de progestérone présents durant le cycle.

Ces modifications hormonales vont entrainer une perturbation du cycle féminin et notamment de la phase ovulatoire qui n’aboutira pas toujours correctement : le follicule en cours de maturation (celui qui aurait dû donner lieu à l’ovule) stoppe son développement et rejoint la périphérie de l’ovaire, ne pouvant ainsi être expulsé lors de la phase ovulatoire.

Quel rapport avec les kystes alors ?

Figurez-vous que ce syndrome porte très mal son nom : le SOPK n’est, en réalité, aucunement lié à la présence de kystes au niveau des ovaires. Mais il s’agit en fait de follicules ovariens ayant été bloqués dans leur développement. On parlera ainsi plutôt d’« ovaires multi-folliculaires » et non d’« ovaires polykystiques ».

Comment savoir si vous avez un SOPK ?

SOPK avec insulinorésistance, SOPK suite à la prise de pilule, SOPK dit « surrénalien » lié possiblement à du stress et/ou de la fatigue chronique et SOPK inflammatoire : différents types de SOPK existent et peuvent rendre difficile le diagnostic.

La recherche liée à ce syndrome prend la forme d’une observation clinique, d’une échographie pelvienne ainsi que d’un bilan sanguin afin de vérifier, entres autres, le dosage des hormones du cycle ovarien FSH et LH, la testostérone et d’effectuer un bilan glycémique.

Le diagnostic, effectué par médecin ou gynécologue, prend aujourd’hui en compte ce qu’on appelle désormais les « critères de Rotterdam » :

  • La présence de multiples follicules immatures à proximité des ovaires
  • Des irrégularités dans les cycles (cycles longs ou absents) avec une ovulation rare ou absente
  • Une hyperandrogénie clinique ou biologique caractérisée par exemple par une hyperpilosité (voire de l’hirsutisme), de l’acné et/ou une perte des cheveux (alopécie)
SOPK naturopathie Aix-en-Provence Marseille

Si au moins 2 des 3 critères de Rotterdam sont présents, médecin ou gynécologue peuvent poser le diagnostic.

Quels sont les signes d’un SOPK ?

Au-delà des signes identifiés précédemment (présence de follicules immatures au sein des ovaires, irrégularité ou absence des cycles et ovulations, hyperandrogénie avec signes physiques), plusieurs autres signes peuvent être retrouvés chez une femme atteinte de SOPK :

  • Un déséquilibre hormonal avec un taux élevé de testostérone et un déficit en progestérone, mais également un déséquilibre au niveau des hormones hypophysaires (LH et FSH) menant à une hypersécrétion de LH (hormone lutéinisante)
  • Une possible résistance à l’insuline, pouvant amener à terme jusqu’à une diabète non insulino-dépendant
  • Des potentielles douleurs lombaires, notamment lors de la période d’ovulation
  • Une prise de poids voire une obésité
  • Des possibles troubles de la fécondité pouvant amener jusqu’à une infertilité
  • De la fatigue chronique, des insomnies, des migraines, du stress et parfois beaucoup d’émotions négatives (culpabilité par exemple).

Les principales causes d’un SOPK en naturopathie

Les causes d’un SOPK semblent difficilement identifiables, d’autant que de nombreux facteurs semblent jouer sur cette pathologie.

Parmi les causes possibles les plus fréquemment rencontrées, nous retrouvons :

  • Une prédisposition génétique (et un lien épigénétique ?) : sur ce sujet, une étude récente a d’ailleurs montré le rôle de l’épigénétique dans l’évolution du syndrome (Nour Mimouni, Isabel Paiva et al., Polycystic Ovary Syndrome is Transmitted via a Transgenerational Epigenetic Process), ce qui impliquerait l’importance de l’hygiène de vie dans l’évolution de la maladie (alimentation, stress, pollution…)
  • Un environnement pollué par de nombreux perturbateurs endocriniens présents dans notre quotidien (produits d’entretien, cosmétiques, plastiques…)
  • Un stress omniprésent favorisant une dérégulation du système hormonal
  • Une contraception inadaptée.

Comment soulager le SOPK en naturopathie ?

Même si les causes seront propres à chacune, il est indispensable de procéder à une amélioration globale de l’hygiène de vie dans le cadre d’un syndrome des ovaires polykystiques :

  • Un rééquilibrage alimentaire : favorisation des aliments à IG bas, diminution des acides gras saturés au profit d’une augmentation en acides gras essentiels, réduction de la proportion d’aliments pro-inflammatoires, réduction des produits transformés…
  • Un soutien en complément(s) si besoin : magnésium, vitamines du groupe B, D…
  • Une phase de détoxication du foie, organe clef du métabolisme hormonal et un travail sur la circulation sanguine
  • La recherche d’une hygiène de vie correspondant à chacune : qualité du sommeil, gestion du stress et des émotions, suppression des perturbateurs endocriniens, mise en place d’activité physique…
  • Et, selon les cas, l’utilisation de plantes œstrogènes-like ou progestérone-like qui vont mimer l’action des hormones de notre corps (attention, pas d’automédication pour ces plantes : la phytothérapie doit être adaptée à chacune !), etc.

Vous voulez en savoir plus ? Vous souhaitez revoir votre hygiène de vie à la lumière de votre SOPK ? N’hésitez pas à me contacter pour une consultation de naturopathie sur Aix-en-Provence à la Torse, sur Marseille à proximité du Prado ou à distance !

Julie LEPLAE, Naturopathe pour le SOPK à Aix-en-Provence (13100) et Marseille (13008)


*Dossier INSERM : https://www.inserm.fr/dossier/syndrome-ovaires-polykystiques-sopk/